Chaud ou froid?

En vanlife, qu’est-ce qui est le plus embêtant: la chaleur ou le froid? La première réponse qui vient naturellement est souvent « ça doit être le froid ». En effet on peut mourir de froid mais il est beaucoup plus rare de mourir de chaleur (à l’exception près de la canicule de 2003 qui a causé près de 15000 décès en France).

En réalité, les vanlifers le savent, une chaleur excessive est souvent beaucoup plus handicapante en van qu’un froid excessif. Je vais vous expliquer pourquoi dans cet article.

Comme vous pouvez facilement l’imaginer, l’isolation thermique d’un van n’est pas la même que celle d’un batiment « en dur ». Elle varie grandement selon le modèle, mais même une paroi de 50mm de polystyrène est moins efficace qu’un mur en brique ou béton doublé d’isolant. La conséquence de ce simple fait est que votre van se refroidira et se réchauffera plus rapidement qu’une maison ou un appartement pour une température extérieure identique.

Pour combattre le froid, vous utiliserez votre chauffage embarqué, le plus souvent au gaz (voire parfois au gasoil). Les unités de chauffage des vans sont efficaces et généralement fiables. Elles arrivent à réchauffer rapidement votre van car le volume intérieur de celui-ci est faible comparé à celui d’un batiment en dur. Bien entendu, plus le froid extérieur sera vif, plus votre consommation de gaz sera importante. Par des températures en-dessous de zéro il est possible que votre bouteille de 11kg ne dure même que quelques jours. La dépense sera donc parfois significative, mais vous arriverez à maintenir une témpérature agréable dans votre maison mobile. Une astuce pour diminuer sa consommation de chauffage: utiliser à notre profit la mauvaise isolation du van pour exploiter chaque rayon de soleil. A condition de bien positionner son van en journée, le soleil réchauffera naturellement l’habitacle et le radiateur n’aura quasiment pas à fonctionner.

Qu’en est-il des fortes chaleurs? Le soleil bienvenu l’hiver devient l’été notre pire ennemi! Si votre van reste au soleil (il est parfois très difficile de trouver des emplacements à l’ombre, et même si c’est le cas le soleil se déplace!) la température intérieure atteindra des niveaux extrèmes, beaucoup plus élevés que dans votre domicile fixe. Vous pourrez ralentir le phénomène en protégeant toutes les surfaces vitrés par des rideaux ou des pare-soleils, mais vous ne pourrez pas l’empécher totalement. Vous avez tous fait l’expérience d’une voiture laissée au soleil, dans laquelle la température peut atteindre voire dépasser les 60 degrés. Ce ne sera pas le cas dans votre van, je vous rassure! Toutefois le phénomène de concentration de la température dans un espace clos fait que celle-ci dépassera très facilement les 30 degrés, même s’il ne fait que 20 ou 25 dehors. Quels seront alors les moyens disponibles pour faire baisser cette température? Passons-les en revue un par un:

  • Faire fonctionner votre moteur, et mettre à fond la clim de l’habitacle. L’effet sera assez limité, car les climatisations des véhicules porteurs ne sont pas prévues pour refroidir un volume aussi important, elles sont généralement dimensionnées seulement pour la cabine
  • Faire fonctionner votre climatiseur « cellule », en supposant que vous en disposiez. C’est une option couteuse qui n’existe généralement que sur les gros camping-cars ou sur les vans « de luxe ». Le problème de ces unités est qu’elles sont très énergivores et nécessitent une alimentation en 220V. Vous devrez donc être branché à une prise secteur, ou disposer d’un générateur embarqué de puissance suffisante (plusieurs KW). En pratique seuls les groupes électrogènes sont capables de générer une telle puissance, et ils ont l’inconvénient d’être très bruyants. Si vous avez d’autres camping-cars garés à côté, ceux-ci vont vous détester ;)! Sans compter le bruit intérieur généré à la fois par le générateur et par le climatiseur, adieu votre tranquillité! Et malgré tous ces inconvénients, l’efficacité en terme de refroidissement sera limitée à moins d’avoir un très petit van (la puissance frigorifique d’une unité mobile est inférieure à celle d’un climatiseur fixe, car il y a une contrainte de poids). Bref, ne pensez pas que le climatiseur est la solution magique pour surmonter les périodes de canicules comme c’est le cas pour un bâtiment. En van, un climatiseur présente plus d’inconvénients que d’avantages, je vous conseille d’y renoncer.
  • Attendre que la température extérieure baisse et ventiler au maximum votre habitacle. Cela veut souvent dire « attendre la nuit », ou déplacer notre van dans une région plus fraiche. Cela reste bien souvent en pratique la seule solution réalisable, et la meilleure en terme écologique. Mais elle nécessite de « prendre son mal en patience » en attendant que le soleil se couche. Si vous êtes une personne qui supporte mal la chaleur (comme moi), vous allez souffrir! Votre niveau d’énergie sera alors tellement bas que vous ne pourrez presque plus rien faire… Quel intéret alors de partir en van si c’est pour rester interte la plus grande partie de la journée?

Nous avons jusque là évoqué que l’inconfort généré par la chaleur pour les passagers. Il faut aussi signaler d’autres points plus « techniques ». La chaleur a souvent des conséquences négatives sur votre van, plus gênantes que le froid. Tout d’abord, la plupart des réfrigérateurs à absorption voient leur rendement diminuer au fur et à mesure que la température extérieure augmente. En clair, plus il fera chaud dehors, plus il fera chaud aussi dans votre frigo! La température pourra facilement y dépasser les 20 degrés, vous imaginez alors les conséquences sur la conservation de vos aliments (votre beurre commencera à fondre)…

Ensuite, une chaleur excessive pourra entrainer le vieillissement prématuré de certains éléments d’aménagement intérieurs. Par exemple, il n’est pas rare de voir des revêtements muraux se décoller ou gondoler, des tissus se décolorer, certains plastiques se dilater tellement sous l’effet de la chaleur que leur fonction en sera affectée… L’aspect esthétique de votre « maison mobile » en prendra un coup. Sans compter certains appareils électroniques sensibles qui pourront se mettre à ne plus fonctionner, les composants étant plus sensibles au chaud qu’au froid.

J’espère que cet article vous aura été utile et peut-être convaincu qu’il n’est pas nécessairement une bonne idée de « partir vers le sud » une fois l’été arrivé… Le vanlifer « expérimenté » l’évitera en général et développera des stratégies pour éviter de soumettre son van aux grosses chaleurs et au froid excessif. Comment? Patience, cela fera l’objet d’un prochain article…

Laisser un commentaire